Fabrication de protèges carters moto en carbone, kevlar et époxy

 
Fabrication de protections de carter moto en carbone et kevlar

Mettre des protections composites sur une moto peut avoir deux utilités. Un aspect tuning pour donner un look à sa moto ou un aspect pratique pour éviter d'abimer les carters lors d'une chute. C'est la deuxième option qui m'intéresse pour une utilisation piste de ma moto. Après avoir contacté un vendeur en ligne qui a refusé de me communiquer l'épaisseur du kevlar contenu dans les protèges carters qu'il vendait, je me suis lancé dans la fabrication de mes propres protèges carters kevlar/carbone pour ma GSX-R 750.

C'est la première fois que j'utilise ce genre de produits. Ce ne sera pas parfait mais, au moins, je connaitrais le niveau de protection apporté par mes protections. En effet, ce n'est pas la résine époxy ou le carbone qui vont offrir une protection à l'abrasion mais le kevlar. Le kevlar qui résiste bien à l'abrasion tandis que le carbone ne sert qu'à faire joli et à protéger le kevlar des Ultra-Violets. On va solidifier l'ensemble grâce au procédé de stratification avec de la résine époxy.

Avant de commencer, je tiens à remercier la communauté de Moto-station.com pour leurs conseils avisés. En effet, sans eux, je n'aurais jamais fabriqué ces protections. Vous trouverez la discussion appropriée sur le forum :  Protections de carter et roulettes ?
Je remercie particulièrement Bishop pour son tutoriel :  Fabrication d’un protège carter carbone kevlar

La fabrication des protèges carters kevlar / carbone en images

Mon projet est de mettre dans les protections composites environ 1000 g/m² de kevlar et deux couches de carbone à cause des risques de transparence. Celà me fera donc 8 épaisseurs dont 6 de kevlar.

 

Tout d'abord, j'ai commandé les matériaux sur le site de SF Composite.
- 2 m² de tissus kevlar 175 g/m²
- 1 m² de tissus carbone 193 g/m². En promo
- 1 Kit de stratification SURF époxy 1070. 1kg de résine + 400g de durcisseur. Traité UV.
Coût de l'ensemble : 125 € frais de port compris.

 

Attention ! La méthode utilisée dans ce tutoriel est prévue pour de la résine époxy. N'utilisez surtout pas de résine polyester !

 

1ère étape : protection de la moto

 

Protection de la moto avec des sacs plastique
Après avoir décaréné la moto et démonté le vase d'expansion, je me suis attaqué à la protection de la GSX-R. C'est une étape qu'il faut soigner particulièrement. On protège avec des sacs plastiques et du ruban adhésif pour éviter de mettre de la résine sur la moto et abimer celle-ci.

 

Protection du carter d'embrayage
Je me suis ensuite attaqué à la protection du carter d'embrayage. D'abord au scotch de peintre qui refusait de tenir puis au scotch brun...

A noter : si votre peinture est écaillée, évitez de mettre du ruban adhésif directement dessus. Au retrait, le scotch risque de s'en aller avec des morceaux de peinture. Arrangez-vous pour mettre un bout de film plastique à l'endroit de l'éclat sous le scotch.

 

Protection du carter d'embrayage
Il est important de bien protéger le carter car on va appliquer la résine dessus.

A noter : Avant de vous lancer, vérifiez que le type de résine que vous utilisez ne fasse pas fondre le scotch. C'est le cas de la résine polyester, contrairement à l'époxy. Faites une petit bout d'essai en cas de doute...

 

Idem pour le carter d'alternateur
On répète l'opération pour le carter d'alternateur.

 

On colle du film alimentaire par dessus le scotch
Ensuite, j'ai collé du film alimentaire sur le ruban adhésif brun avec de la colle universelle de bureau. Les plis du film auront une incidence sur l'intérieur de la protection mais celà n'est pas très grâve...

 

On colle du film alimentaire par dessus le scotch
Idem de l'autre côté de la moto.

 

La colle prise entre deux couches plastique sans air a eu du mal à sécher. J'ai laisser sécher pendant 24 heures.

 

2ème étape : découpe du kevlar et du carbone

 

On trace les découpes sur le kevlar
J'ai ensuite tracé mes pièces de tissus kevlar. Plus votre pièce sera fidèle à la forme du carter, mieu ce sera lors de la pose. Cependant, la découpe étant un peu galère, j'ai fait au plus simple...

 

On découpe le kevlar
Munissez-vous d'une bonne paire de ciseaux et d'huile de coude... C'est résistant le kevlar ! Evitez de prendre les ciseaux spécial cheveux ou tissus de votre chérie... Le fil des ciseaux va en prendre un coup !

 

Je n'ai pas pris de photos lors de la découpe du carbone mais celle-ci se fait très facilement. Le tissus carbone s'effiloche beaucoup, c'est juste un peu pénible.

 

Etape 3 : la fabrication de la pièce

 

Le matériel pour la résine
Il est temps d'enfiler des gants jetables et de prévoir de l'acétone pour nettoyer le pinceau. Je vous conseille de prévoir 5 paires de gants jetables par protège carter. C'est parfois bien pratique de pouvoir changer de gants quand ceux que vous portez sont pleins de résine en polymérisation qui colle tout ce que vous touchez !

 

Préparation de la résine époxy
Sur le bidon de résine époxy, ils est indiqué : 100 de résine pour 40 de durcisseur. Je fait donc mon mélange à la balance de cuisine : 150 g de résine pour 60 g de durcisseur.

 

 

Une première couche de résine
Je décide de placer la moto sur la béquille latérale pour qu'elle soit penchée et de faire en premier le carter d'embrayage. Je ferrai le carter d'alternateur le lendemain. J'applique au pinceau une première couche de résine sur le film alimentaire.

 

On place le tissus kevlar sur la résine époxy
Puis je plaque bien avec les doigts dans les moindres recoins une première pièce de tissus de kevlar. Ensuite, je passe au pinceau une bonne couche de résine époxy sur le kevlar et pose une deuxième pièce de kevlar.

 

On pose les différentes couches de kevlar
Et ainsi de suite... En tout, j'ai posé 6 couches de kevlar. Il faut bien badigeonner de résine époxy entre chaque couche et bien presser l'ensemble, surtout dans les recoins. Cela va permettre de tasser la protection composite pour qu'elle ne soit pas trop épaisse et lui donner la forme du carter.

 

On pose le carbone
En dernier, je place les deux couches de carbone. Pourquoi deux ? Parce qu'on risque de voir le kevlar au travers d'une seule couche de carbone.

Si je peux vous donner un petit conseil : avant de vous lancer dans la stratification, coupez tous les fils qui s'effilochent sur le kevlar et le carbone. C'est vraiment pénible ces fils qui se collent partout. Surtout quand vous avez les gants pleins de résine !

 

Stratification sur le carter d'alternateur
Après 24 heures, je retire la pièce composite du côté embrayage qui a durci et je remet la moto droite sur la béquille d'atelier pour m'attaquer au carter gauche avec la même méthode.

 

Stratification sur le carter d'alternateur
Comme la moto est droite, le dessous de ma stratification a tendance à s'affaisser en bas du carter. Finalement, je vais maintenir le tout avec un élastique. L'élastique risque de faire une marque peut esthétique. Normalement celle-ci se trouvera au niveau de la découpe, donc ça devrait aller. Et puis au pire, les protections sont là pour leur côté utile et non décoratif, alors tampis !

 

4ème étape : le décollage

 

Après 24 heures de prise, le décollage. C'est le moment de se poser les grandes questions. Est-ce que le carter va venir avec la pièce composite ?

 

Décollage du pare carter d'alternateur en kevlar et carbone
Décollage du pare carter d'alternateur. Il faut tirer un peu fort dessus...

 

On retire le scotch brun
Le ruban adhésif brun est resté sur le carter, tandis que le film alimentaire est parti avec la stratification en composites. Il faut enlever le scotch en tirant doucement.

 

Lors du décollage du pare carter d'embrayage, le scotch brun est venu avec la protection composite. La moto, quant à elle, est nickel. Il n'y a pas une goutte de résine dessus ! La technique a été efficace.

 

Le film alimentaire se retire facilement de la stratification composite
Le film alimentaire se retire facilement de la stratification composite. Comme il faisait des plis, parfois il est pris dans la résine. Je ferrai un léger ponçage à l'intérieur pour égaliser tout ça.

 

Le pare carter d'embrayage en carbone démoulé
Côté extérieur, ça sera plus joli quand j'aurai fait les découpes et poncé les dégoulinades.

 

Le pare carter d'alternateur en carbone démoulé
Côté alternateur, le film s'en va assez facilement, sauf quand il est pris dans la masse...

 

L'élastique se retire de la protection de carter en kevlar / carbone
Surprise, l'élastique s'en va facilement. Je pensais avoir du mal à le retirer.

 

Les protections de carter en kevlar / carbone prêtes à découper
Et voilà le travail, il n'y a plus qu'à découper...

 

Avant de faire les découpes, j'ai laissé durcir quelques jours pour être bien sur que mes protections de carter en kevlar et carbone soient bien dures.

 

5ème étape : les découpes des protections

 

C'est certainement la partie la plus difficile et la moins amusante de cette fabrication de protections kevlar / carbone.

 

On trace les découpes sur l'intérieur de la protéction
J'ai tout d'abord bien repéré les découpes à faire en positionnant la pièce composite sur la moto.

 

Un petit conseil, faites vos découpes à l'extérieur et mettez un masque. Les poussières et les fumées dégagées lors de la découpe sont très mauvaises pour la santé...

 


C'est très dur à découper... Heureusement ! J'utilise une petite disqueuse et pour maintenir la protection kevlar : un éteau, un serre-joint et deux morceaux de liteau... Inutile de vous dire que la disqueuse est un outil à manier avec prudence...

 


J'ai déjà enlevé le plus gros avant de peaufiner ma découpe...

 


Voilà ce que ça donne dans un premier temps.

 


Puis un peu plus tard ceci. Au fur et à mesure de la découpe, je replace la protection sur la moto pour vérifier où j'en suis.

 

C'est vraiment difficile à découper proprement d'autant plus que je n'ai pas l'outillage adéquat. Cependant, avec la disqueuse on arrive à faire quelque chose de pas trop mal. J'ai aussi monté une petite meule sur ma perceuse et coincé celle-ci dans l'éteau pour creuser le trou du hublot de niveau d'huile.

 

6ème étape : le glaçage

 

Le glaçage consiste à donner un aspect lisse et brillant à la surface de la protection en composites. Il existe plusieurs méthodes que vous pouvez retrouver sur internet. Pour ma part, j'ai fait au plus simple.

 


Après avoir terminé les découpes du kevlar, nous avons poncé au papier de verre de carrossier (le grain le plus fin trouvé en grande surface) pour enlever les coulures et les défauts.

 


Un bon coup de lime pour enlever les arêtes au niveau des découpes...

 

Ensuite, j'ai passé un coup d'acétone pour nettoyer les protections mais cela a blanchi la résine. Cela pourrait provenir du fait que la résine époxy paraissait sèche mais n'était pas encore totalement prise. En effet, pour que la résine soit totalement stabilisée, il faut attendre près d'une semaine à 20°.
Du coup j'ai lavé à l'éponge et au produit vaisselle les protections de carter carbone / kevlar et j'ai bien essuyé et laissé séché.

 


Puis un bon coup d'essuie tout pour rendre les protections bien propres et "lustrer" la résine.

 


Ensuite, on passe une couche de résine époxy pour faire le glaçage et donner de la profondeur à la pièce composite. J'ai préparé des gobelets pour poser la pièce en afin que les excès de résine s'écoulent...

 

Après 24 heures de séchage, on a remarqué de petites irrégularités en surface de la résine. Des bulles d'air dans la résine ont créé des petits cratères sur la surface...

 

On a donc recommencé l'opération : ponçage fin sur les irrégularités, coup de lime pour enlever l'excès de résine qui s'était accumulé en bas des bords des protections de carter en kevlar et carbone ; puis lustrage à l'essuie tout. Pas de nettoyage à l'acétone ce coup ci par prudence.

 

On a également essayé de remuer doucement la résine pour éviter la formation de bulles mais rien n'y fait. C'est en repassant, avec délicatesse, le pinceau plusieurs fois sur la résine encore liquide que l'on est arrivé à chasser les défauts et les petites bulles d'air.

 


Et voilà le résultat. Ce n'est pas parfait mais le résultat me convient.

 

7ème étape : le collage !

 

Sur les conseils de la communauté de Moto-Station, je suis donc allé cherché de la colle à pare-brise pour coller les protections. Il faut que la colle résiste à la chaleur du moteur. Parcontre, il faut savoir que c'est très difficile à enlever ! Si vous ne savez pas où trouver une telle colle, allez dans les enseignes AD : environ 12 € la cartouche de colle à pare-brise. Prenez juste la colle, vous n'avez pas besoin du primaire.

 

Mais avant, il faut fignoler. J'ai d'abord vérifié que les protections n'étaient pas trop épaisses pour le remontage du carénage.

 


Puis en prenant soin de ne pas abimer le glaçage tout neuf, j'enlève à la lime les excès de résine qui ont fait des gouttes au niveau des découpes.

 


Ensuite un bon coup de ponçage sur la moto pour que la colle tienne bien suivi d'un petit coup léger d'acétone.

 


Puis on met la colle. Évidement, je n'ai pas le pistolet adapté au diamètre de la cartouche, donc système B (comme brute). Evitez de mettre trop de colle sinon ça va déborder de partout...

 


Puis je pose la protection côté embrayage et la maintien plaquée avec un grand bout de scotch orange.

 


Côté alternateur, ça tient tout seul...

 


Et voilà un aperçu une fois la colle prise et la moto recarénée. A droite de la GSX-R :

 


Et à gauche. La photo, donne l'impression que c'est pas terrible et sale mais ce n'est pas le cas. Par contre, la moto, elle, est sale...

 

Voilà pour la fabrication de protections de carter en composites carbone / kevlar. C'est assez simple à faire sois-même si on prend des précautions et revient bien moin cher que de les acheter !

 

http://bishop.unblog.fr/fabrication...

Restez en ligne !

Pierre-Etienne

Suivez nous sur Facebook, Twitter et Google+

Vos commentaires